Un tout grand merci au PIVian Turtleflax pour la préparation de cette réponse officielle.

Le 1er juin 2018, Joël Valenzuela a publié cet article pour DashForceNews à propos de la capitalisation des cryptomonnaies, leur distribution et leurs implications. Cherchant à promouvoir Dash et à dessiner un contraste avec la compétition, cet article contient diverses statistiques à propos de la distribution des pièces dans d’autres monnaies populaires. L’une de ces pièces est PIVX, un fork de Dash datant de 2016 qui a fait de grandes améliorations telles que le passage à la preuve d’enjeu, la création de la seule implémentation du protocole Zerocoin sur du PoS, l’implémentation de Zerocoin la plus avancée sur le marché et la création du seul système de staking privé.

Cet article inclut le texte et image suivants:

“Un degré de centralisation de la monnaie est attendu dans les nouvelles pièces, comme dans le cas de PIVX. Cependant, dans ce cas particulier, la capitalisation est extrêmement concentrée puisque le top 10 des adresses contient quasiment deux tiers de la capitalisation totale, la moitié de cette somme contenue dans une seule adresse.”
Special thanks to PIVian turtleflax for preparing this official response.

Il apparaît évident pour tous les lecteurs que ces données suggèrent de manière erronée que le top 1000 des adresses contient 144% de la capitalisation. Un coup d’oeil à cette page sur l’explorateur de blocs d’où provient cette information nous montre rapidement que l’adresse au sommet est en fait l’accumulateur anonyme qui représente tous les jetons privés sur le réseau. Evidemment tous les jetons privés sur le réseau n’appartiennent pas à une seule personne ou adresse ce qui, étant donné la taille de notre capitalisation privée, invalide toutes ces données.

Il se peut que Dash ne soit pas familier avec les mécanismes de confidentialité dans les cryptomonnaies, mais la plupart des explorateurs de blocs sont basés sur le Bitcoin et n’interprètent pas correctement Zerocoin, Zerocash ou Cryptonote. Lorsque vous retranchez cette “adresse” anonyme, la distribution du Top 10 et Top 100 sont de 11.9% et 25.3 % respectivement, pas 64% et 99%. Je vous invite à vérifier ces données directement sur notre explorateur de blocs officiel ou données des noeuds ici. Ces sites montrent les montants exacts de la capitalisation de zPIV comme montant et pourcentage de la capitalisation totale.

 

L’article continue et dit:

“C’est spécifiquement problématique parce que PIVX est une pièce à preuve d’enjeu, ce qui signifie que des nouvelles pièces ne peuvent être créées que par ceux qui en possèdent déjà. Additionnellement, PIVX utilise un modèle de gouvernance et de trésorerie, avec les parties prenantes votant sur les décisions de développement et la distribution des fonds pour les projets, ce qui donne à cette centralisation de nombreuses conséquences qui vont au-delà de la simple possession de fonds.”

C’est incorrect sur plusieurs points. Combiné avec la fausse information précédente, cela implique que PIVX opère un système de récompense où les “riches deviennent plus riches” et une gouvernance ploutocratique. La réalité est que le système de récompense PIVX fournit des récompenses proportionnelles à tous les stakers avec un minimum de 1 PIV. Par ailleurs, obtenir des revenus passifs sur Dash est limité aux plus riches et nécessite 1000 pièces pour un Masternode ou 305.000$ au moment d’écrire ces lignes. Regardez cet article pour plus d’information sur la création des pièces, récompenses et taux d’inflation sur PIVX.

Pour plus de précisions, cet article devrait aussi mentionner que pour la plupart des pièces, les adresses les plus riches appartiennent en fait à des bourses d’échanges. En plus, Dash devrait aussi mentionner que les pièces à masternode incitent les plus riches à diviser leurs avoirs ce qui semble plus favorable au niveau de la capitalisation. Cet article mentionne également l’adresse de fond Smartcash comme si elle représentait un seul possesseur de la moitié de la capitalisation, mais il s’agit de fonds liés à la gouvernance.